Le jugement de Komor

 

Or, au feu d'une torche en un flambeau grossier,

Le Jarle, dans sa tour vieille que la mer ronge,

Marchait, les bras croisés sur sa cotte d'acier.

 

Muet, sourd au fracas qui roule et se prolonge,

Comprimant de ses poings la rage de son cœur,

Le Jarle s'agitait comme en un mauvais songe.

 

C'était un haut vieillard, sombre et plein de vigueur.

Sur sa joue aux poils gris, lourde, une larme vive

De l'angoisse soufferte accusait la rigueur.

 

Au fond, contre le mur, tel qu'une ombre pensive,

Un grand Christ. Une cloche auprès. Sur un bloc bas

Une épée au pommeau de fer, nue et massive.

 

- Ce moine, dit Komor, n'en finira-t-il pas ? -

Il ploya, ce disant, les genoux sur la dalle,

Devant le crucifix de chêne, et pria bas.

 

[…]

 

Charles-Marie LECONTE DE LISLE