Le ciel en nuit, s'est déplié

 

Le ciel en nuit, s'est déplié

Et la lune semble veiller

Sur le silence endormi.

 

Tout est si pur et clair,

Tout est si pur et si pâle dans l'air

Et sur les lacs du paysage ami,

Qu'elle angoisse, la goutte d'eau

Qui tombe d'un roseau

Et tinte, et puis se tait dans l'eau.

 

Mais j'ai tes mains entre les miennes

Et tes yeux sûrs ; qui me retiennent,

De leurs ferveurs, si doucement ;

Et je te sens si bien en paix de toute chose

Que rien, pas même un fugitif soupçon de crainte,

Ne troublera, fût-ce un moment,

La confiance sainte

Qui dort en nous comme un enfant repose.

 

Émile VERHAEREN

(1855-1916)