Crois-moi

 

Si ta vie obscure et charmée

Coule à l'ombre de quelques fleurs,

Ame orageuse mais calmée

Dans ce rêve pur et sans pleurs,

Sur les biens que le ciel te donne,

Crois-moi :

Pour que le sort te les pardonne,

Tais-toi !

 

Mais si l'amour d'une main sûre

T'a frappée à ne plus guérir,

Si tu languis de ta blessure

Jusqu'à souhaiter d'en mourir,

Devant tous, et devant toi-même,

Crois-moi :

Par un effort doux et suprême,

Tais-toi !

 

Vois-tu ! Les profondes paroles

Qui sortent d'un vrai désespoir

N'entrent pas aux âmes frivoles

Si cruelles sans le savoir !

Ne dis qu'à Dieu ce qu'il faut dire,

Crois-moi :

Et couvrant ta mort d'un sourire,

Tais-toi !

 

Marceline DESBORDES-VALMORE