Stances de Madame, sœur du Roi

 

Pardonne-moi, Seigneur, tout saint, tout débonnaire,

Si j'ai par trop cédé à de mondains appâts.

Hélas ! je fais le mal, lequel je ne veux pas

Et ne fais pas le bien que je désire faire.

 

Mon esprit trop bouillant, guidé par ma jeunesse,

S'est laissé emporter après la vanité,

Au lieu de s'élever vers ta Divinité

Et admirer les faits de ta grande sagesse.

 

Ma langue qui devait publier ta puissance

Et l'honneur que de toi, je reçois tous les jours,

Est bègue quand il faut entrer en ces discours

Et prompte et babillarde après la médisance.

 

[…]

 

Catherine de BOURBON
(1558-1604)
[Lettres et Poésies]

Fille de Jeanne d’Albret, sœur d’Henri IV, elle refusa d’abjurer le protestantisme. Sa poésie est simple, presque austère pour l’époque : souffrance, pénitence, espoir en Dieu l’Unique.