Stances amoureuses de la Reine de Navarre sur ses amours avec Champvallon

(extraits)

 

[…] Le faix de mes travaux élève ma constance,

Le coup de mes malheurs endurcit ma souffrance,

Le vent de ma fortune attise mes désirs.

Toi, pour qui je pâtis, sujet de mon attente,

Âme de mon amour, sois constante et contente

Et, joyeuse, jouis de mes tristes plaisirs.

 

Nos deux corps sont en toi, je ne sers plus que d’ombre ;

Nos amis sont à toi, je ne sers que de nombre.

Las ! puisque tu es tout et que je ne suis rien,

Je n’ai rien, ne t’ayant ou j’ai tout au contraire.

Avoir et tout et rien, comment se peut-il faire ?

C’est que j’ai tous les maux et je n’ai point de bien.

 

J'ai un ciel de désir, un monde de tristesse,

Un univers de maux, mille feux de détresse,

Un Etna de sanglots et une mer de pleurs.

J'ai mille jours d'ennuis, mille nuits de disgrâce,

Un printemps d'espérance et un hiver de glace ;

De soupirs un automne, un été de chaleurs.

 

[…]

 

Marguerite de VALOIS