Automne

 

Quand les bois ont les cheveux courts,

La lune ceint son abat-jour

De brume pâle

 

Et le vent vole et le vent court

En tournoyant comme un vautour

Sous les étoiles.

 

Pourquoi mon cœur es-tu si lourd

Quand les bois ont les cheveux courts ?

 

Rivé aux cailloux de la cour

Le lierre étreint dans ses doigts gourds

Une hirondelle.

 

Entends-tu dans le petit jour,

Le gel affûter ses tambours

Et ses chandelles ?

 

Quand les bois ont les cheveux courts

Pourquoi mon cœur es-tu si lourd ?

 

Pierre CORAN

[dans "La Poésie comme elle s'écrit" - Jacques Charpentreau - Éd Ouvrières 1979]