Ouate

 

Il tête avec avidité

Et se cogne au sein qu'il enlace.

Puis lorsque sa nourrice est lasse,

Il dort sur son ventre ouaté.

 

Pour le minet doux et futé

C'est un lit que rien ne remplace. Il tète avec avidité

Et se cogne au sein qu'il enlace

 

Quand il s'est bien lissé, gratté,

Pris la queue et vu dans la glace,

Après ses tournements sur place,

Et ses petits sauts de côté,

Il tète avec avidité.

 

Maurice ROLLINAT
[Dans les brandes, Le Minet, 1877]