250px_Gluck__C

 

18 Mai 1778

Christoph Willibald Gluck présente à Paris son dernier opéra « Iphigénie en Tauride », d’après un livret de Nicolas-François Guillard. Maître d’un genre qu’il a fortement contribué à réformer pour le faire entrer dans la période classique, Gluck voit Marie-Antoinette assister à cette première qui précède la version de style italien de Piccinni. Le succès sera retentissant et l’œuvre jouée quatre-vingt-dix fois du vivant de Gluck.

 

 iphigenie_stoldtz