Ballade du premier jour de mai

 

Trop longtemps vous vois sommeillier,

Monsieur, en deuil et déplaisir.

Veuilliez vous ce jour éveiller !

Allons au bois le mai cueillir

Pour la coutume maintenir !

Nous orrons des oyseaux le glay

Dont ils font les bois retentir

Ce premier jour du mois de mai.

 

Le Dieu d'Amour est coutumier

À ce jour de fête tenir

Pour amoureux cœurs festoyer

Qui désirent le servir.

Pour ce fait les arbres couvrir

De fleurs et les champs de vert gai

Pour la fête plus embellir

Ce premier jour du mois de mai.

 

Bien sais, mon cœur, que faux danger

Vous fait maintes peines souffrir,

Car il vous fait trop éloigner

Celle qui est votre désir.

Mieux conseiller je ne vous sais

Pour votre douleur amoindrir

Ce premier jour du mois de mai.

 

Ma dame, mon seul souvenir

En cent jours je n’aurai loisir

De vous raconter tout au vrai

Le mal qui tient mon cœur martyr

Ce premier jour du mois de mai ...

 

Charles d'ORLÉANS

[Rondeaux]