Printemps

 

Il y a, sur la plage, quelques flaques d'eau.

Il y a, dans les bois, des arbres fous d'oiseaux.

La neige fond dans la montagne.

Les branches des pommiers brillent de tant de fleurs

Que le pâle soleil recule.

 

C'est par un soir d'hiver,

Dans un monde très dur,

Que tu vis ce printemps,

Près de moi, l'innocente.

 

Il n'y a pas de nuit pour nous.

Rien de ce qui périt, n'a de prise sur moi

Mais je ne veux pas avoir froid.

 

Notre printemps est un printemps qui a raison.

 

Paul ÉLUARD