Jeunes filles

 

Leurs mains ont très souvent le geste de se prendre,

Et les doigts enlacés, elles s'en vont ainsi,

Et l'ombre du jardin unit leur groupe tendre

Aux formes des buissons entremêlés aussi.

 

Le front touche le front et l'épaule l'épaule ;

Entre elles passe un nom, deux noms entre elles deux ;

Et, dans le vent subtil et tiède qui les frôle

Palpitent mollement des songes amoureux.

 

Elles vont, sans savoir rien d'autre que leur rêve

A l'horizon doré du bonheur ingénu ;

Et leur marche parfois s'interrompt et s'achève,

Comme hésitent des pas sur un seuil inconnu.

 

Elles vont, sans rien voir des choses de la vie,

Elles qui sauront plus qu'un homme les douleurs !

Et leur âme légère et jeune, heureuse, envie

L'aube du jour obscur où couleront leurs pleurs !

 

Harlette GREGH

[Jeunesse, 1907]