Dors maintenant, dors..

 

Dors maintenant, dors.. Détache ton âme

Ses pensers volants, le bruit du jour, sa flamme.

   Laisse le temps s'en retirer tout bas...

Hier n'est plus, ce soir n'est rien, demain n'est pas.

 

Dors, ne crains rien, dors.. Ce n'est rien que la vie,

   Rien... cette minute expirante et suivie

Déjà d'une autre. Enfant, quels vains effrois !

   On n'endure jamais qu'un moment à la fois.

 

Dors, ne tourne pas ton cœur pâle en arrière.

   Dors, ne penche pas en avant ta lumière.

   Fol est qui souffre au-delà de l'instant :

Le malheur d'aujourd'hui n'en demande pas tant.

 

Dors, n'attends rien, dors.. Prend ce que Dieu te donne,

   Dors, laisse en aller l'amour qui t'abandonne.

   Aime toujours. Va, pauvre enfant peureux,

On n'a pas besoin de bonheur pour être heureux.

 

Va, tout ira bien, dormons... Après qu'importe ?

   Je vois du soleil sur le seuil de la porte

   De quoi poser le pied pour un seul pas.

Pour le second.. il est trop tôt, ne cherche pas.

 

   Dors, la paix sur nous sera bientôt levée.

   Dors, la mort sera tout à l'heure arrivée.

   Laisse-toi porter par le temps qui court.

Il sait la route, dors...Vivre et mourir est court.

 

Marie NOËL

(1883-1967)

[Les Chansons et les heures – 1920]

 

De son vrai nom Marie Rouget, Marie Noël est une poétesse française passionnée et tourmentée, déchirée entre foi et désespoir."La bonne dame d'Auxerre" est un poète de la foi naïve qui s'embrase au cœur des choses quotidiennes, dans l'écho des comptines et de la chanson populaire. Le déchirement et le doute lui inspirent aussi des vers tourmentés. Elle a obtenu en 1962 le Grand Prix de poésie de l’Académie française.