xvii

XVII


Je fuis la ville, et les temples, et tous les lieux,

grâce auxquels, comme je prends plaisir à t'entendre te plaindre,

tu peux, et non sans force, me contraindre

à te donner de moi le plus précieux.


Les masques, les tournois, les jeux m'ennuient,

et sans toi je ne puis rien me peindre de beau :

au point que tentant d'éteindre ce désir,

et de faire voir autre chose à mes yeux,


et d'échapper à cette rêverie amoureuse,

je m'en vais au plus épais des bois solitaires :

mais je m'aperçois, ayant erré bien longtemps,


que si je veux être délivrée de toi,

il me faut vivre hors de moi-même,

ou que nous soyons loin l'un de l'autre.


Louise LABÉ