x

X


Quand je vois ta tête blonde, couronnée

D'un laurier vert, faire si bien pleurer un luth

Que tu pourrais contraindre les arbres et les rocs

A te suivre ; quand je te vois orné,


Et, environné de mille vertus, monter plus haut

Que personne en ce qui concerne l'honneur,

Et annuler les éloges dus aux plus valeureux,

Alors mon cœur dit dans sa passion :


« Tant de vertus qui font que l'on t'aime,

Qui font que chacun t'estime,

Ne pourraient-elles pas aussi faire que tu aimes ?


Et, ajoutant à ta valeur digne d'éloge

La réputation d'avoir pitié de moi,

T'enflammer doucement de mon amour ? »


Louise LABÉ