Vida


Il me faut chanter ici ce que je ne voudrais point chanter

Car j'ai fort à me plaindre de celui dont je suis l'amie

Je l'aime plus que tout au monde

Mais rien ne trouve grâce auprès de lui

Ni Merci, ni Courtoisie, ni ma beauté, ni mon esprit,

Je suis trompée et trahie comme je devrais l'être

Si je n'avais pas le moindre charme.


Une chose me console: jamais, je n'eus de torts

Envers vous, ami. Je vous aime, au contraire

Plus que Seguin n'aima Valence

Et il me plait fort de vous vaincre en amour,

Ami, car vous êtes le plus vaillant de tous.

Mais vous me traitez avec orgueil en paroles et en actes,

Alors que vous êtes si aimable envers d'autres.


Je suis surprise de l'arrogance de votre cœur,

Ami, et j'ai bien sujet d'en être triste

Il n'est point juste qu'un autre amour vous éloigne de moi

Quel que soit l'accueil qu'il vous réserve,

Qu'il vous souvienne du début

De notre amour. A Dieu ne plaise

Que par ma faute il s'achève.


La grande vaillance qui loge en votre cœur

Et votre grand mérite me sont sujets de tourments,

Car je ne connais point dame , proche ou lointaine,

Et en désir d'amour qui vers vous ne soit attirée

Mais vous, ami de si bon jugement,

Vous devez bien reconnaître la plus sincère

Ne vous souvient-il pas de nos jeux-partis?


Ma valeur et mon lignage, ma beauté

Et plus encore la sincérité de mon cœur, doivent me secourir

C'est pourquoi je vous envoie, là-bas,

Cette chanson qui me servira de messager

Je veux savoir, mon bel et doux ami,

Pourquoi vous m'êtes si dur et si farouche,

Est-ce orgueil ou indifférence?


Mais je veux, messager, que tu lui dises

Que trop d'orgueil peut nuire à maintes gens.


Béatrice de DIE

[XIIe siècle]

 

En langue d’Oc


A chantar m'er de so qu'eu non volria

tan me rancur de lui cui sui amia

car eu l'am mais que nula ren que sia

vas lui no-m val merces ni cortezia

ni ma beltatz ni mos pretz ni mos sens

qu'atressi-m sui enganada e traia

com degr'esser s'eu fos dezavinens.


D'aisso-m conort car anc non fi falhensa

amics vas vos per nula captenensa

ans vos am mais non fetz Seguis Valensa

e platz mi mout quez eu d'amar vos vensa lo

meus amics car etz lo plus valens

mi faitz orgolh en digz et en parvensa

e si etz francs vas totas autras gens.


Be-m meravilh com vostre cors s'orgolha

amics vas me per qu'ai razon que-m dolha non es

ges dregz qu'autr'amors vos mi [tolha

per nula ren que-us diga ni acolha

e membre vos quals fo-l comensamens

de nostr'amor ja Domnedeus non volha

qu'en ma colpa sia-l departimens.


Proeza grans qu'el vostre cors s'aizina

e lo rics pretz qu'avetz m'en ataina

qu'una non sai lonhdana ni vezina

si vol amar vas vos non si'aclina

mas vos amics etz ben tan conoissens

que ben devetz conoisser la plus fina

e membre vos de nostres convinens.


Valer mi deu mos pretz e mos paratges

e ma beutatz e plus mos fis coratges

per qu'eu vos mand lai on es vostr'estatges

esta chanson que me sia messatges

e volh saber lo meus bels amics gens

per que vos m'etz tan fers ni tan salvatges non

sai si s'es orgolhs o mals talens.


Mas aitan plus volh li digas messatges

qu'en trop d'orgolh an gran dan manhtas gens.


" Belle damo de Dio, estello de l'amour,

Toun front seren e pur clarejo coume uno aubo,

La garbo de toun pèu qu'oundejo sus ta raubo

Nous embaumo lou cor coume un jardin en flour"


" Belle dame de Die, étoile de l'amour,

Ton front serein et pur rayonne comme une aube,

La natte de tes cheveux qui sur ta robe ondoie,

Nous embaume le cœur comme un jardin fleuri "

Felix GRAS


"La comtessa de Dia si fo molher d'En Guilhem de Peiteus, bela domna e bona. Et enamoret se d'En Raimbaut d'Aurenga e fetz de lui manhtas bonas cansos. La comtesse de Die fut l'épouse de Guilhem de Poitiers, dame belle et bonne. Et elle s'énamoura de Raimbaut d'Orange, et fit à son sujet maintes bonnes chansons."

Béatrice de DIE : Un troubadour raconte avec sensualité, perspicacité, mélancolie, ses chagrins et ses joies. Vivant au XIIe siècle en Provence, la comtesse de Die épousa Guillaume de Poitiers. Elle chanta en langue d’oc son amour pour Raimbaut d’Orange, qui fut indifférent et infidèle.