Ballade de la soupe aux choux


Sur feu de hêtre ou de noyer,

Qui tremblote, fuse et crépite,

Pansue et noiraude, voyez,

Au creux de l'âtre qui s'effrite,

Comme elle trône, la marmite

Où bouillonne à larges remous

Le mets que nul autre n'imite,

La succulente soupe aux choux !

Lorsque droite y tient la cuiller,

Oh ! par la salle décrépite,

Tous les parfums éparpillés...

Et, dans le bol plein, la subite

Éclosion d'yeux où palpite

L'âme fumante du saindoux,

Et comme on la déguste vite,

La succulente soupe aux choux !

A découvrir le lard, noyé

Dans le cœur pommé qui l'abrite,

L'appétit est tout égayé...

Foin des ragoûts hétéroclites,

Du mets savant qui débilite !

Rien ne vaut au corps comme au goût,

Dut-on m'accuser de redite,

La succulente soupe aux choux !

Prince qui soigne ta gastrite,

Ce fumet t'a rendu jaloux...

Goûte, crois m'en, selon le rite,

La succulente soupe aux choux.


Léon BOYER