Amélie


Vagues charmeuses ô peut-être votre essaim

Mouille le ramage des vieux oiseaux moqueurs

Es se moquent de nous qui perdîmes un cœur

Cœur d'or que l'océan veut garder en son sein


Faire entendre raison à des âmes pareilles

En vain vous gazouillez bijoux à ses oreilles

Cher René nous savons que c'est pure folie

Ce voyage au long cours à cause d'Amélie


Moissonneur de nos mains fanées par les hivers

Les mousses se noyaient dans vos regards déserts

Auprès des matelots ce silence vous nuit

Vous devez avoir tort on ne meurt pas d'ennui


Orages sur le pont si le champagne mousse

Versons une liqueur de fantaisie au mousse

Pour nous remercier de ces verres de menthe

Il nous épellera le nom de son amante


Raymond RADIGUET

(1903-1923)