Chanson de la Seine


La Seine a de la chance
Elle n'a pas de souci
Elle se la coule douce
Le jour comme la nuit
Et elle sort de sa source
Tout doucement, sans bruit,

Et sans se faire de mousse

Sans sortir de son lit
Elle s'en va vers la mer
En passant par Paris


La Seine a de la chance
Elle n'a pas de soucis
Et quand elle se promène
Tout le long de ses quais
Avec sa belle robe verte
Et ses lumières dorées
Notre-Dame jalouse

Immobile et sévère
De haut de toutes ses pierres
La regarde de travers
Mais la Seine s'en balance
Elle n'a pas de soucis
Elle se la coule douce
Le jour comme la nuit
Et s'en va vers le Havre

Et s'en va vers la mer
En passant comme un rêve
Au milieu des mystères
Des misères de Paris.


Jacques PRÉVERT

[« Aubervilliers III », recueilli dans Spectacle, 1949 / Chanson écrite pour le film d’Eli Lotar « Aubervilliers », 1946, musique de Joseph Kosma]