Les adieux des deux frères inséparables furent d’une prégnante émotion, mais Marcel-Ambert comprit la décision de son frère et savait qu’il ne pouvait abandonner la fromagerie.
Loin de toute attitude belliqueuse, mais doté d’une inventivité débordante, Saint-Juste et sa bande se mirent en route pour le Pays des « Authentiques ».
Passionnément convaincu de l’importance de la créativité, dont il faisait un usage si intense, il n’eut de cesse d’encourager ses accompagnateurs à développer leurs propres talents pour atteindre leur but commun : savoir fabriquer ces merveilleux fromages.
La traversée de la Terre des dieux fut le terrain de multiples péripéties. D’abord ils affrontèrent un terrible orage, comme un déchaînement sans fin de dame nature, comme si elle leur adressait un message. Celui d’être convaincu de mener une aventure dangereuse qui pourrait se solder par des peines bien plus vives que le plaisir de manger à nouveau des « Authentiques ».
Mais, déterminés, ils décidèrent de continuer ce qu’ils appelaient maintenant leur mission. À peine remis des débordements impétueux de Taranis, dieu du Tonnerre, une horde de brigands les détroussa de tous leurs biens avec une célérité et une brutalité martiennes. Dans cette échauffourée, Romain-Brison, son fils de cœur est tué sous les remparts de Villedieu. Avant de passer de vie à trépas, il a le temps de prononcer ces quelques mots : « Saint-Juste, vous devez percer le mystère qui nous anime comme cette lance m’a percé la tripaille »...
Muze15
[Suite mercredi 31 décembre]