9782253126690


Harper LEE

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

Livre de Poche - Coffret Noël - novembre 2008 - N°30617 - 448 p.

  Les spectateurs qui ont vu De sang-froid se souviennent de cette femme calme et douce, comme nimbée d'un éther protecteur, qui accompagne Truman Capote dans ses recherches. Harper Lee joua en effet un rôle apaisant auprès de ceux qui étaient désarçonnés par la personnalité de l'écrivain. Celui-ci la remercia pour son «travail de secrétaire» et lui dédia en partie le roman. Née en 1926, en Alabama, Harper Lee débarque, après ses études, à New York, où elle trouve un emploi de bureau. Elle a surtout un roman en tête, et elle l'écrit. Cela donne Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur, sensible et poétique évocation d'un Sud qui tient beaucoup de l'autobiographie à peine sublimée. L'ouvrage reçoit le Pulitzer en 1961. Depuis, Harper Lee est un mystère. Invisible, elle n'a plus jamais rien publié. A l'image de son père, son héros est un avocat libéral, ennemi de la ségrégation, élevant seul ses deux enfants auxquels il insuffle une vision rousseauiste de l'existence doublée d'une conception protestante de la responsabilité personnelle. Cet homme allergique aux préjugés est commis d'office pour défendre un Noir accusé à tort d'avoir violé une Blanche. Sa défaite prévisible dans le prétoire - et la mort de l'innocent -, sa mise au ban provisoire ainsi que celle de ses enfants, coupables de former une fratrie suspecte de progressisme, n'empêchent pas une certaine vérité de triompher. Car, ainsi que le prétend le père, et on aimerait le croire: «La plupart des gens sont gentils.» Truman Capote, qui ne l'était pas, prétendait parfois avoir participé à l'écriture de cet Oiseau moqueur. Même les grands hommes n'échappent pas au poison de la jalousie. L'écrivain, né à La Nouvelle-Orléans, a raconté son enfance sur le registre du fantastique baigné d'une sensualité de bayou moite dans Les domaines hantés où, comme chez Harper Lee, les enfants devinent sans l'expliquer ce que le théâtre des adultes dissimule. On connaît la suite d'une existence de gnome aussi insupportable que doué, l'ivresse de la gloire et la gloire qui rend ivre - au propre et au figuré. Noyant ses démons dans des océans de gin, devenu une caricature jet-set de «potineur» artistique, Capote se mit en tête d'écrire une Recherche du temps perdu contemporaine plus light. Ce livre invisible, cent fois promis, est un spectre qui hanta un Truman «Kaputt». Reste le squelette, ces Prières exaucées, tribulations erratiques de P. B. Jones, écrivain raté, amoral et bisexuel, trop cynique pour être tout à fait drôle, vivant davantage de ses coups de rein tarifés que de ses traits de plume. Qui sait ce qu'il serait advenu de ce roman si sa «secrétaire» Harper Lee avait été à ses côtés ?  La romancière la plus lue des Etats-Unis a écrit un seul livre en 1960. Depuis, plus rien. Mais la femme invisible existe, même si personne ne l'a plus rencontrée depuis quarante ans. Elle s'appelle Harper Lee et elle est l'auteur d'un unique roman, Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur, livre-culte dès sa parution en 1960. Si miss Lee est la fille littéraire de Faulkner pour la puissance tragique de son inspiration, elle s'apparente au Salinger de L'attrape-cœur par sa volonté d'anonymat. Elle est née en 1926 à Monroeville (Alabama), où elle vit toujours. Vendu à plus de trente millions d'exemplaires, son admirable roman fut un best seller dans le monde, à l'exception de la France; il y fut pourtant traduit deux fois déjà, chez Seghers dans les années 1960 et vingt ans plus tard chez Julliard. Aujourd'hui le Livre de Poche l'habille d'un délicat coffret de Noël, un cadeau qui vous assurera des remerciements enchantés des lecteurs à qui vous aurez offert cette pépite…