Tant sage qu'il voudra, mais enfin c'est un homme : qu'est-il plus caduc, plus misérable et plus de néant ?
MONTAIGNE

Rien à voir ici avec la misanthropie ! Le misanthrope en veut aux humains de ne pas correspondre à la haute idée qu'il se fait de l'humanité (telle qu'elle devrait être) ou de lui-même. Esprit de sérieux, de rancœur, de ressentiment. L'humanisme de Montaigne est à l'opposé : c'est un humanisme tout de douceur et de miséricorde, qui pardonne aux hommes le peu qu'ils sont et qu'ils peuvent. "Dépasser l'homme", comme le voulait Sénèque, comme le voudra Nietzsche ? "Utile désir, répond Montaigne, mais pareillement absurde." Le sage n'est pas si bête. Il ne croit pas aux surhommes, ni d'ailleurs à la sagesse. Il se contente de vivre le plus humainement, le plus librement et le plus joyeusement possible… Cela suffit à son bonheur, ou plutôt c'est le bonheur même. Miséricorde bien ordonnée commence par soi-même.