Tout contentement des mortels est mortel.
MONTAIGNE

C'est la formule montanienne de l'impermanence. Tout passe, "tout coule", comme disait Héraclite, tout meurt. L'être et le devenir vont ensemble, comme la vie et la mort. "Tun ne meurs pas de ce que tu es malade, écrit ailleurs Montaigne, tu meurs de ce que tu es vivant." Leçon, non de tristesse, mais de sérénité. N'essaie pas de retenir ton bonheur ; ce serait le perdre. N'essaie pas de ne pas mourir ; ce serait te vouer à l'échec ou au mensonge. Apprends plutôt jouir de chaque jour, de chaque instant, et de l'impermanence elle-même. Prends modèle sur le vent, "plus sage que nous", qui ne cherche pas la stabilité ou la solidité, "qualités non siennes", mais qui "s'aime à bruire et à s'agiter". Montaigne, maître zen...