Lou samedi a soir fat la semainne

Lou samedi a soir fat la semainne.
Gaiete et Oriour, serors germaine,
main et main vont bagnier a la fontaine.
Vante l’ore et li raim crollent,
ki s’antraimment soweif dorment.

L’anfes Gerairs revient de la cuitainne
S’ait chosit Gaiete sor la fontainne :
antre ces bras l’ait pris, soueif l’a strainte.
Vante l’ore et li raim crollent,
ki s’antraimment soweif dorment.

Quant auras, Oriour, de l’ague prise,
reva toi en arriere, bien seis la ville.
Je remainrai Gerairt, ke bien me priset.
Vante l’ore et li raim crollent,
ki s’antraimment soweif dorment.

Or s’an vat Oriour teinte et marrie.
Des euls s’an vat plorant, de cuer sospire,
cant Gaiete sa suer n’anmoinet mie.
Vante l’ore et li raim crollent,
ki s’antraimment soweif dorment.

Laise, fait Oriour, com mar fui nee !
J’ai laxiet ma serour an la vallee :
l’anfes Gerairs l’anmoine an sa contree.
Vante l’ore et li raim crollent,
ki s’antraimment soweif dorment.

L’anfes Gerairs et Gaie s’an sont torneit.
Lor droit chemin ont pris vers la citeit.
Tantost com il i vint, l’ait espouseit.
Vante l’ore et li raim crollent,
ki s’antraimment soweif dorment.

XIIIème siècle : Chansons de toile