3384442016179

Wong KAR-WAI
In the mood for love
2000 / Couleur / 1h50 / DVD
avec Tony Leung, Maggie Cheung, Lai Chen 
Depuis sa sortie, à l’automne 2000, le septième opus de Wong Kar-Wai a fait tant d’amoureux et connu un tel succès (plus de 1 millions d’entrées en France) que son titre sonne comme une formule magique, un sésame pour quelque paradis perdu. Titre en VO d’un fameux tube de jazz qu’on ne voit pas comment traduire sans déperdition de sens ou d’élégance, titre de rêve pour ce film tout en langueurs, en envies, en espoirs que… In the Mood for love, ou l’histoire de Monsieur Chow et de Madame Chan, un homme et une femme « d’humeur à s’aimer » à Hongkong, en 1962. Qui n’a encore à l’oreille cette valse entêtante et triste rythmant leurs chassés-croisés de voisins de palier – frôlements fugaces, filmés comme de soyeux instants d’éternité ? Un événement indépendant de leur volonté les rapproche : ils découvrent que leurs époux respectifs, trop souvent et trop longtemps retenus par leur « travail », ont une liaison ensemble. Ce secret partagé transforme la céleste élégante et le beau ténébreux en laissés-pour-compte, en victimes solidaires l’un de l’autre. Avant que leurs conjoints ne les trahissent et les devancent, ils pouvaient sans doute s’aimer. Après cela, déclassés au rang de doublures, de témoins, que peuvent-ils bien faire ensemble ? C’est toute l’histoire et toute la beauté du film, fait d’intermittences, d’esquisses, d’atermoiements, tel un système de rimes visuelles et sonores et de répétitions aux discrètes variantes, où les acteurs changent de costume presque entre chaque plan… Ces infimes différences de tonalité, de « mood », parcourent toutes les virtualités d’un amour objectivement impossible et distillent un mélange de mélancolie et de sensualité qui atteint au sublime.

« In the mood for love » est une œuvre de maturité sensuelle et esthétique, un film envoûtant et unique comme tous les films parfaits
LE NOUVEL OBSERVATEUR